Quel fonds commun de placement choisir selon son profil?

Il existe plusieurs fonds disponibles sur le marché. Pour faire un choix radical, certains points importants doivent être analysés

Les principes à adopter avant de choisir un fonds commun

Pour avoir une idée très précise de la situation, il est nécessaire de rencontrer son conseiller ou son planificateur financier. Il est capable d’indiquer le profil d’investisseur. Cela facilitera grandement le choix. Une fois que le profil est défini, il faut savoir le respecter. Autrement dit, il faut investir selon les objectifs, la tolérance et l’horizon de placement. Cela permettra de développer une technique d’investissement convenable. Après, il est primordial de s’assurer que...



ses objectifs correspondent à ceux du fonds.

Il existe certains fonds qui visent une croissance du capital, qui cherchent à générer un revenu stable, qui sont plutôt conservateurs ou qui comportent des risques importants. Tout cela peut être disponible grâce au prospectus du fonds remis par le conseiller. Par la suite, il est nécessaire d’examiner le rendement du fonds. Il doit dépendre de l’horizon de placement. Par exemple, sur un investissement pour la retraite, l’attention doit être captivée par un rendement sur 3, 5 ou 10 ans. Lorsque tous ces points sont pris en compte, on peut commencer à faire une comparaison de tous les fonds.

Le profil d’investisseur

Il existe plusieurs types de profils d’investisseur : prudent, modéré, audacieux, etc. C’est nécessaire de choisir son portefeuille ou ses fonds à la pièce selon ce profil. Afin d’établir ce dernier, il faut considérer les objectifs financiers, le degré de tolérance face au risque et l’horizon de placement. Concernant les objectifs, il s’agit du but premier : faire fructifier son argent. Mais, les bénéfices souhaités dépendent de chacun : avoir un rendement plus élevé que celui d’un compte épargne traditionnel, amasser des fonds pour se procurer une propriété, constituer un capital-études pour les enfants, préparer une retraite ou toucher un revenu de placement régulier. C’est en fonction de ces objectifs que le choix pourra facilement se faire.

Pour la tolérance au risque, il faut se demander quel est l’horizon de placement, comment réagir face à une fluctuation des marchés. Deux choix sont alors envisageables : soit le risque ne nous fait pas peur et on n’aura pas besoin de l’argent à court terme, soit on est prêt à accepter tout type de rendement au profit d’une bonne sécurité.

Concernant l’horizon de placement, il faut se demander : combien de temps dispose-t-on pour arriver à ses fins? En effet, le choix de la stratégie de placement dépend de cela. Si on est jeune et qu’on n’envisage pas encore d’utiliser le capital avant plusieurs années, c’est préférable d’opter pour les fonds de croissance ou les portefeuilles clés en main. Ces fonds mettent un certain temps pour afficher des résultats satisfaisants, mais leur rendement à long terme est très élevé. Si on compte prendre sa retraite bientôt, il est plus judicieux d’assurer une protection de l’épargne en faisant un investissement dans les fonds plus sécuritaires ou les portefeuilles. On peut aussi privilégier les placements fiscalement avantageux.









Pas de commentaire »

Vous aussi publiez votre commentaire.